Janvier–Mars 2003

Courrier des lecteurs

Nous recevons du Docteur Paul Chollet, ancien député-maire d’Agen et lecteur de Kephas, ce courrier qui réagit à l’annonce tapageuse et suspecte du premier être humain cloné. Kephas publie bien volontiers cette réplique de bon sens, en espérant que d’autres parlementaires en tireront profit.

Au concepteur d’« Ève ».

Je pense à vous, qui êtes venu perturber le ressourcement fondateur que sont les fêtes de Noël pour tant de peuples sur la terre, en annonçant la naissance d’une « nouvelle Ève ».

 (…) Si Ève existe vraiment, j’ose espérer qu’un juridisme inhumain ne vous privera pas du droit d’élever celle qui est la copie de vous-même. Mais n’espérez pas trouver dans cette situation unique le moyen de créer des liens plus forts, plus exclusifs, plus charnels, plus aimants.

Ceux qui ont accompagné dans leur développement les produits de l’inceste (cet autre interdit fondateur) savent la terrible épreuve qu’ils doivent dépasser pour se réaliser humainement… Ève ne deviendra elle-même que si les influences extérieures, familiales, sociales, éducatives, religieuses, l’aident à constituer une identité libératrice sans laquelle il n’y aura pas de place pour une véritable relation d’amour filial.

Et si un jour vous souhaitez lui donner un petit frère, ne reprenez pas le même chemin qui ferait de lui la copie de votre mari.

Lancez-vous plutôt dans la plus grande aventure que je connaisse : celle de l’adoption. Vous briserez par là les chaînes de l’enfermement qui vous habite aujourd’hui et qui pèsera sur vous à perpétuité.

Si vous osiez prendre cette planche de salut, vous pourriez accéder au bonheur qu’il y a d’être reconnu en tant que véritable mère par celui qui, même venu d’ailleurs, grandit chaque jour dans l’attachement d’un amour qui se donne.

Ève, grâce à ce petit frère-là, connaîtrait un autre regard et apprendrait la liberté d’aimer dont l’a privée votre péché originel.

C’est là ce que je vous souhaite…